Notre expérience

 

 

Avant de me former pour accompagner les familles à la Diversification Menée par l'Enfant, c'est dans le cadre personnel que je l'ai découverte et mise en place avec notre fille. 

Je vous propose de vous replonger avec moi dans nos débuts de la diversification alimentaire.

Le récit d'un bout de vie écrit au fil des jours.

Si la DME t'intéresse et que tu souhaites plus d'informations, rendez-vous ici

Notre vision de la diversification alimentaire

Nous n'avons pas de pédiatre, et notre médecin traitant qui suit Amaé ne nous a jamais parlé de diversification alimentaire. On se fait confiance, on fait ce qu on veut. Donc on est parties sur une diversification menée par nous toutes. 

 

On ne souhaitait pas commencer à 4 mois car il le fallait.

Ni attendre 6 mois pour commencer la DME ( Diversification Menée par l'Enfant).

 

Notre idée de départ est la suivante :

Le lait restera son alimentation principale, et nous lui ferons DECOUVRIR les aliments dans un maximum d'autonomie.

Nous souhaitons que les temps de repas soient un temps d'échange, de partage où elle sera actrice de sa propre alimentation. 

 

Pour commencer, nous avons acheté des cuillères plates pour qu'Amaé puisse se familiariser avec, autant pour la prise en main que pour la mise en bouche.

 

🍴 24 03 20 : Première expérience culina
20200328_121414.jpg

 24 03 20 : Première expérience

Amaé a 4 mois et 3 semaines

En attendant de pouvoir lui proposer des aliments solides ( lorsqu'elle saura se tenir assise seule ) , nous lui avons proposé des purées.

 

Lorsqu'elle nous a semblé à l'aise avec ses cuillères, nous lui avons fait découvrir la COURGETTE... Premier légume goûté et validé par Amaé. 

Je ne voulais pas lui proposer comme premier aliment de légume sucré (carotte, navet, potiron, panais... ) , ni lui refourguer un légume que même les adultes n'aimaient pas.

 

J'ai trouvé que la courgette était donc un bon compromis.

Etant encore trop petite pour attraper quelque chose au creux d'un bol ( ou assiette ) , nous trempons nous même une de ses cuillères ( transporteurs dans le jargon DME )  dans la purée que nous lui tendons ensuite.

Amaé se débrouille alors pour amener la cuillère à sa bouche.

Ce qui lui permet de découvrir SEULE un goût et une texture. Le fait de porter elle même la cuillère à sa bouche, lui permet de gérer la position de celle ci dans sa bouche. Elle semble avoir vite intégré qu'aller trop loin déclenche son réflexe nauséeux. 

Au final, peu de purée est avalée, mais ce n'est pas un souci. La diversification alimentaire est pour nous la découverte de GOÛT qui mènera à sa future alimentation. Le lait reste son alimentation principale. 

LA DME 

Amaé a commencé à avoir un bon tonus pour son assise vers ses 5mois et demi, mais avant de se lancer dans cette nouvelle expérience qu'est la DME, j'ai préféré assister à un atelier.

 

D'ailleurs, je ne peux que vous conseiller de vous faire accompagner pour cette aventure. Il est important de se renseigner correctement avant de se lancer. 

C'est pleinement convaincues et rassurées que nous nous sommes lancées, quelques jours avant ses 6 mois. 

Bilan de la première semaine : 

Nous avons commencé avec ce que nous avions sous la main. Un bout de banane et d'avocat, que nous lui avons proposé à un moment où on la sentait disponible.

Comme je l'avais imaginé, Amaé met tout à la bouche, à pleine bouche. Ce qui peut déclencher son réflexe nauséeux. 

J'ai découvert cette approche de la diversification alimentaire pendant ma grossesse. Lorsque j'ai vu qu'il était possible de nourrir son enfant autrement qu'avec seulement des purées, qu'il était possible de le rendre acteur de ses repas, il nous en a pas fallu plus pour nous convaincre.  

Mais il y'a une chose qui me reste difficile : ses réflexes nauséeux.

Il faut avouer que dans notre société, on n'a pas pour habitude d'encourager un enfant qu'on observerait avoir des hauts le coeur. 

Réussir à ne pas paniquer; et au contraire, le rassurer, l'encourager demande une bonne dose de lâcher prise ! 

Mes premiers conseils :

- Ne pas se mettre de pression, c'est une expérience à vivre ensemble

- Accepter d'aller au rythme de votre enfant, ce n'est par parce qu'il a l'âge qu'il est prêt

- Commencez avec des aliments qui vous inspirent. Pour se lancer dans cette aventure, il va vous falloir de l'assurance.

- Si vous ne supportez pas le bordel et de voir un enfant avec de la nourriture des mains aux oreilles, soit il va falloir lâcher prise, soit laissez tomber la DME

- Prenez confiance en votre enfant et au corps humain. Aussi impressionnant soient les débuts, le corps humain est une machine extraordinaire ! 

introduction dEs allergènes 

Pour rappel, il existe 14 allergènes :

  • oeufs

  • gluten

  • laitage

  • crustacé

  • arachide

  • soja

  • fruits à coque

  • céleri

  • moutarde

  • graine de sésame

  • sulfite

  • lupin

  • mollusque

  • poisson

Ils sont à intégrer un à un, idéalement avant les 12 mois de bébé, afin de pouvoir observer s'il y réagit. ​ 

Il est recommandé de faire découvrir un même allergène 3 fois de suite dans une semaine.

INtroduction du premier allergène chez amaé

Une fois lancée dans la DME, nous avons rapidement voulu intégrer un premier allergène. 

Je me suis donc dit qu'il serait stratégique de commencer avec l'oeuf, puis, les laitages, et le gluten, pour ainsi pouvoir lui proposer des préparations type muffins au bout de quelques semaines. 

Première introduction de l'oeuf sous forme d'omelette, elle en avale deux petits morceaux, et tout semble se dérouler au mieux les heures suivantes.

Deuxième introduction sous forme d'oeuf dur. Je crois observer quelques rougeurs après le débarbouillage, sans savoir si c'est le résultat de l'oeuf ou des frottements de la lingette sur son visage.

Troixième introduction, plus de doute. Amaé fait une réaction à l'oeuf. 

20200505_130405.jpg
20200501_132616.jpg

allergie ou réaction cutanée ?

J'ai réussi à obtenir un rendez-vous sur Qare le jour même avec un allergologue. Le hasard a fait que je suis tombée sur une allergologue pédiatrique, complètement concernée par la DME. 

Selon elle, le fait qu'Amaé n'ait pas réagi au premier contact avec l'oeuf ( en omelette, donc peu salissant ) lui fait dire qu'on ne serait pas sur une piste allergique à proprement parlé. Mais plutôt face à une réaction cutanée dûe à l'histamine très présente dans l'oeuf ( et bieeeeen étalée autour de sa bouche sur les 2 derniers essais).

Comprendre en gros, qu'elle ne serait peut-être pas allergique à l'oeuf, mais que simplement sa peau réagirait au contact de l'histamine présente dans l'oeuf.

Pour savoir si Amaé est réellement allergique à l'oeuf, deux solutions : 

  • faire un test cutané avec un allergologue

  • faire une prise de sang pour rechercher l'allergie à l'oeuf

Etant en pleine épidémie de COVID, nous ( allergologue et nous parents ) prenons donc d'autres décisions.

Amaé n'ayant pas déclenché d'eczéma depuis sa naissance, malgré le terrain favorable de ma famille,l'allergologue n'est pas inquiète sur l'évolution, ni sur l'urgence éventuelle de recherche d'allergies.

Nous avons donc décidé de ne plus proposer d'oeuf pendant 2 mois. Il sera re-introduit sous forme de muffin/biscuit. Puis ensuite, d'oeuf dur, ainsi de suite. Si la moindre réaction apparaît, alors dans ce cas là, nous envisagerons des tests plus poussés. 

Aujourd'hui, Amaé ne réagit plus au contact de l'oeuf. 

BON à savoir : 

D'autres aliments, ne faisant pas partie de la liste officielle des 14 allergènes, à fort taux d'histamine peuvent déclencher des réactions cutanées eux aussi : aubergine,épinard, tomate.

bilan du premier mois de DME

Ca fait donc un mois que nous nous sommes lancées dans cette aventure.

Au départ, Amaé portait à sa bouche les aliments, faisait une moue de dégoût, avant de les recracher. Elle jouait beaucoup avec, faisait sa popote et les jeter au sol. 

Au bout de quelques jours, elle a commencé à en avaler, ce qui la faisait tousser, quelques fois baver mais peu de réflexe nauséeux ( haut le coeur ) et aucun renvoi (𝘷𝘰𝘮𝘪𝘵𝘰 𝘲𝘶𝘰𝘪) .

Ce qui m'a au départ un peu inquiétée, me demandant si Amaé était normalement constituée ? s'il n y avait pas un beug system interne ?

Puis, je me suis fait la réflexion que depuis ses 2 mois, elle mâchouille son bâton de guimauve, les premières fois, elle se soulevait le cœur puis petit à petit, ce réflexe s'est amenuisé (oui, je sais, je t'ai placé un mot compte triple ). Elle a ensuite continué avec ses cuillères plates. 

J'imagine qu'avec tout ça, elle a travaillé à reculer son réflexe nauséeux assez petite ce qui lui a permis d'attaquer la DME sans trop de difficulté ? 

Aujourd'hui, elle avale une grande partie des aliments proposés. Selon la texture, ça peut la faire tousser, bailler (𝘰𝘶𝘪, 𝘰𝘶𝘪, 𝘣𝘢𝘪𝘭𝘭𝘦𝘳)  ou se marrer. 

 

ᴄᴏ̂ᴛᴇ́ ᴅᴇxᴛᴇ́ʀɪᴛᴇ́ : Dès le départ, elle utilisait beaucoup le dos de ses doigts comme une cuillère pour porter les aliments à sa bouche. Mais elle manquait clairement de douceur. Elle écrasait tout, ne gérant pas la force de son poing. Aujourd'hui, elle est bien plus douce, elle se débrouille en utilisant les 2 mains, souvent l'une en soutien à l'autre, et commence à utiliser sa pince.

 

ᴄᴏ̂ᴛᴇ́ ᴍᴀsᴛɪᴄᴀᴛɪᴏɴ : Depuis le départ, elle met ses doigts en bouche en même temps que l'aliment pour mâcher. Elle nous a souvent donné l'impression de gober les choses mais j'imagine qu'elle fait sa popote avec sa langue avant d'avaler quand même. Pour l'instant, je ne peux pas dire qu'elle arrive clairement à mastiquer. Je ne l'ai pour l'instant jamais vu faire de grands mouvements de mâchoires ( 𝘴𝘢𝘶𝘧 𝘭𝘰𝘳𝘴𝘲𝘶'𝘦𝘭𝘭𝘦 𝘶𝘵𝘪𝘭𝘪𝘴𝘦 𝘶𝘯 𝘢𝘭𝘪𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘱𝘰𝘶𝘳 𝘴𝘰𝘶𝘭𝘢𝘨𝘦𝘳 𝘴𝘦𝘴 𝘨𝘦𝘯𝘤𝘪𝘷𝘦𝘴 𝘲𝘶𝘪 𝘱𝘦𝘶𝘵 𝘦̂𝘵𝘳𝘦 𝘶𝘯 𝘫𝘰𝘶𝘳 𝘭𝘢𝘪𝘴𝘴𝘦𝘳𝘰𝘯𝘵 𝘱𝘭𝘢𝘤𝘦 à 𝘥𝘦𝘴 𝘥𝘦𝘯𝘵𝘴?)


 

ᴇ́ᴛᴀᴛ ᴅᴇs ʟɪᴇᴜx ᴅᴇs ᴅᴇ́ɢᴀ̂ᴛs:Nous avons voté pour la solution du chien. Malheureusement pour nous, erreur sur l'option, JP n'aime que les légumes . Si non, bien évidemment, il existe des solutions pour nettoyer ton sol, ou pour le protéger. Ici, on a l'amour du risque. 

Bon alors, convaincu.e.s ou pas ? Prêt.e.s à se lancer ?